Les méconnues Entreprises d’Entraînement.

Par Hélène Villeneuve avec la collaboration de Pierre Rochette  

Historique 

Bien que méconnues de la majorité des gens, les Entreprises d’Entraînement (E.E.) existent pourtant depuis longtemps. Elles ont été créées en Allemagne en 18701. Le concept a connu plusieurs changements depuis, mais s’est vite propagé en Europe et est l’une des démarches d’emploi les plus courues de l’autre côté de l’Atlantique. 

Il a toutefois fallu attendre jusqu’en 1995 avant de voir l’idée se développer au Canada et au Québec. C’est dans la ville de Québec qu’Artmérik a vu le jour, au Collège O’Sullivan. Depuis, le concept a pris de l’ampleur et ce sont maintenant plus de 20 E.E. qui opèrent dans la Belle Province et une en Colombie-Britannique2. Celles-ci font partie intégrante du Réseau Canadien des Entreprises d’Entraînement (RCEE). 

L’association mondiale des Entreprises d’Entraînement (le Practice Entreprise Network Worldwide) a quant à elle vu le jour en 1993 à Essen, en Allemagne. Ce regroupement compte plus de 7135 E.E. réparties dans 42 pays et offre ses services à plus de 225 000 chercheurs d’emploi par année3.  

Mode de fonctionnement d’une E.E. 

Le principe des Entreprises d’Entraînement est simple : apprendre en travaillant. Bien que les E.E. soient souvent associées à des centres de formation (CÉGEP, Universités ou centres de formation privés), elles n’en sont pas un. Dans une E.E., pas de cours magistraux, pas d’enseignements au sens propre du terme, mais un apprentissage dans l’action, par des mandats réalistes, ce qui a pour but de maintenir la motivation et l’intérêt des participants.

Une Entreprise d’Entraînement fonctionne exactement comme n’importe quelle entreprise normale, à quelques détails près. Premièrement, chaque entreprise d’entraînement se voit associée à une entreprise réelle, appelée ENTREPRISE MARRAINE. Cette entreprise réelle offre à son E.E. jumelée de pouvoir utiliser ses produits et services, dans des transactions simulées avec les autres entreprises membres du RCEE et du PEN Worldwide.  

L’entreprise marraine n’a aucunement à débourser d’argent directement dans le programme. Au début du jumelage, il faut bien sûr un peu de temps pour bien faire connaître ses produits / services à son E.E., fournir des exemples de documents administratifs et des informations relatives à la région où elle opère. L’avantage d’être une entreprise marraine, c’est qu’à travers les échanges virtuels, une belle visibilité est offerte. 

Autre point important, les « employés » des E.E. ne sont pas rémunérés. Ils ont souvent des allocations provenant de diverses ressources et programmes d’aide à l’emploi. Une liste sommaire de ces organismes est disponible sur le site du RCEE, qui, d’ailleurs, regorge d’informations pertinentes et complémentaires à cet article, de même que le site du PEN Worldwide. 

Par exemple, chez Exportech Québec, le département Service à la clientèle, Communication et Marketing a pour mandat de créer un catalogue avec les produits et services proposés, dans la réalité, par son entreprise marraine, Au Chalet En Bois Rond, entreprise de location de chalets, qui offre aussi plusieurs activités de plein air, tant en été qu’en hiver.

Une image contenant texte, intérieur

Description générée automatiquement

C’est donc en travaillant à ces projets que les participants apprennent à utiliser divers logiciels, faire de la facturation, répondre à des clients… et encore plus. Une entreprise d’entraînement, c’est, en fait, une façon proactive d’apprendre un nouveau travail, dans un environnement passionnant et un encadrement stimulant.

Le Projet Littératie4 dans les entreprises d’entraînement   

Une image contenant texte, gens

Description générée automatiquement

C’est quoi la littératie? La littératie consiste en une mise à niveau des compétences essentielles en milieu de travail. D’une durée de 40 heures, cette mise à niveau touche principalement la lecture, la compréhension et la rédaction de textes, l’utilisation de documents en lien avec le travail, le calcul et la résolution de problèmes en milieu d’emploi. C’est un projet pilote mis en place dans plusieurs E.E. et financé par le Gouvernement du Québec. 

Pour les chercheurs d’emploi, c’est donc un 40 heures bien investi, puisqu’il répond aux standards élevés des commerces et entreprises susceptibles de les embaucher. Le projet pilote est en place depuis le printemps 2021, et s’impose de plus en plus comme un facteur de réussite et de maintien en emploi. Une liste des E.E. offrant la mise à niveau en littératie est disponible sur le site internet du RCEE.5 

Conclusion : 

Pour en connaître plus sur les Entreprises d’Entraînement et leur fonctionnement ou pour vous inscrire à l’une d’elles à titre de participant, n’hésitez pas à visiter les sites internet ou à appeler l’E.E. de votre région. Vous serez sans doute surpris de voir à quel point il est enrichissant et intéressant, tant sur le plan d’un retour sur le marché du travail que sur le plan personnel, de participer à ce projet mondial.  

Ces entreprises gagnent à être connues. Si vous êtes déjà passé par l’une d’elles comme participant, n’hésitez surtout pas à en parler et à faire connaître leur existence. Les E.E. sont des ressources qualifiées et nous devons, en tant que bénéficiaires de leurs services, en faire la promotion! 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *