Le Télétravail : Défi – Réalité – Portrait

Vue de la fenêtre

Regard sur le télétravail

Le télétravail : Défi – Réalité – Portrait

Défi :

La nouvelle que tous attendaient et redoutaient est tombée en début d’année : le télétravail devient obligatoire.

Bien que cette annonce ne soit pas une surprise, sa réalité n’en est pas moins un choc avec le branle-bas de combat qui l’accompagne! Est-ce que j’ai tout ce qu’il me faut pour accomplir mon travail depuis mon domicile?

J’énumère tous les outils dont j’ai besoin :

  • Ordinateur
  • Bureau
  • Chaise
  • Ergonomie (pas au point, mais bon …)
  • Écouteurs et micro
  • Imprimante (j’ai même une cartouche d’encre de rechange!)
  • Internet (la vitesse n’est pas idéale, mais il faudra faire avec.).
  • Teams
  • Et… une bonne dose d’organisation !

Ça devrait aller… et pour le reste, on improvisera!

Réalité :

Il est temps de se lancer et d’essayer d’établir un emploi du temps qui fonctionne. Première réunion sur la plateforme ZOOM, nous sommes une quinzaine de personnes, chacune dans son environnement. Tiens, celle-ci a un bel intérieur, cet autre est dans sa cuisine, celui-là a installé de grandes toiles derrière lui. La plupart des micros sont activés et il règne une belle cacophonie. Des bruits de toutes sortes emplissent l’atmosphère: chien qui jappe, enfant qui pleure, ustensiles qui s’entrechoquent, conjoint qui parle Ouf! Enfin, l’organisateur prend le contrôle et désactive les micros. La réunion peut finalement commencer.

Par commodité et par la force des choses, j’ai installé mon bureau dans ma chambre à coucher. J’ai la  »chance » d’avoir une grande fenêtre juste devant moi qui appelle à la rêverie. Bon, pour le travail, la rêverie n’est pas l’idéale et l’inhabituelle proximité de mon lit, alors que mes paupières deviennent lourdes à la lecture d’un article, m’exhorte à aller m’étendre dessus. Sans oublier que je passe les trois quarts de mes journées dans cette même pièce.

Portrait :

Malgré tout, une routine s’installe. Dans le silence, le travail s’effectue, les échéanciers se dessinent, les réunions s’enchaînent, le ballet se rode et les jours passent. Quand reverrons-nous nos collègues, nos amis, nos familles? C’est la question à 100 $! En attendant, les journées s’allongent, les couchers de soleil resplendissent et les glaçons ont des formes rigolotes. Vraiment, cette fenêtre porte les rêves. Vivement le bureau!

André Le Bourdais

Participant Service à la clientèle


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *