Savons-nous vraiment écouter?

Écouter

Savons-nous vraiment écouter?

« La vraie générosité consiste à se mettre à l’écoute en ne lui cachant pas la diversité des réactions qu’il provoque en nous. C’est-à-dire en lui accordant une part de ce qui nous est souvent le plus précieux, le temps dont nous disposons ce qui, si vite, s’enfuit. La générosité est le nom que l’on donne à l’attitude qui est le fondement de la construction de chacun; l’ouverture à ce que nous apporte l’autre, même lorsque cet apport nous paraît inquiétant,  voire dangereux. Toute rencontre comporte un risque. Être généreux, c’est affronter ce risque »

Albert Jacquard.

Écouter, c’est admettre qu’il y a un « autre » et que pendant un certain temps, je n’existe pas à moi-même. Au moment où je l’écoute, c’est lui seul qui doit exister pour moi : je me mets à sa disposition.

Écouter, c’est mettre de côté les jugements, les critiques, les comparaisons, les a priori.

Écouter, c’est différencier, comprendre et être d’accord.

Écouter, c’est apprendre à contrôler un besoin urgent d’argumenter, de contrer, de dissuader, ou rejeter. Autrement dit, de résister à l’impulsion irrépressible de couper la parole à l’autre, de finis ses phrases ou de lui les souffler.

Écouter, c’est entendre les paroles, mais aussi le tissu d’émotions contradictoires de l’autre.

Écouter, c’est montrer du respect pour chacun, indépendamment de sa position sociale ou de son rôle, c’est faire attention à la réalité de l’autre, c’est quitter les rapports de force.

Écouter, c’est permettre à chacun d’apporter sa contribution, comme dans une cordée où chacun se porte, s’apporte.

Écouter, c’est chercher à apprendre plutôt qu’à vouloir confirmer une façon de penser.

Écouter exige de vérifier continuellement auprès de l’autre, car il n’y a que lui, en définitive, qui sait à peu près ce qu’il veut dire ou faire.

Écouter, c’est rechercher les points communs d’abord.

Écouter, c’est rechercher ce que l’autre a de singulier à dire.

Écouter activement, c’est assurer une présence d’esprit constante sans anticipation de ce que l’autre va dire.

Écouter c’est n’être ni pour, ni contre, c’est être avec.

Écouter, c’est l’offrande d’une attention singulière à un être précis. C’est moi qui t’écoute toi.

Écouter la voix de quelqu’un, c’est davantage que d’écouter les mots de son discours, c’est écouter sa mélodie, sa petite musique intérieure, où s’exprime, à travers ce qu’il est en train de me dire, ce qu’il vit d’unique.

Écouter, c’est écouter du dedans, pas du dehors. Du dedans c’est faire résonner ce que je suis avec ce que j’entends de l’autre.

Écouter, c’est se taire.

La qualité de l’écoute prime sur la quantité, la durée.

Extrait de « L’art de faire la paix au quotidien » Anne Ducrocq, marabout.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *